UNE CTC VICTORIEUSE SUR LE GONG

CTC du Piémont et des Gaves 64 – Bordeaux Chartrons 63

A l’image du dernier match à Hendaye, la CTC cale au démarrage (3-12) et laisse prendre confiance des bordelais sans aucun complexe. Un temps mort permet de remettre les choses dans l’ordre et d’infliger un 11-0 du plus bel effet. Ainsi, les rouges et bleus passent devant au score mais sans pour autant avoir la mainmise totale sur le jeu, tant les Chartrons se rebiffent et posent des problèmes à une CTC qui se montre empruntée, malgré beaucoup de bonne volonté. Lors du second quart, les locaux proposent de bonnes séquences, mais manquent de réussite offensive. Toutefois, ils ont le mérite de durcir la défense qui en avait besoin lors des dix premières minutes. Cela leur permet de prendre les devants (37-32) à la pause, ce qui parait de bon augure tant les girondins sont déjà handicapés par les fautes, autant que par un effectif limité en nombre. Pour autant, l’entente SCAN/JAO ne parvient pas à enfoncer le clou, malgré un break de dix points, tant elle se montre fébrile à la finition qui ne récompense pas une circulation de balle séduisante face à la zone 2-3 des visiteurs. Tout reste à faire à l’entame du dernier quart puisque Bordeaux est revenu dans la partie et semble avoir pris l’ascendant psychologique. Ceci se confirme au tableau d’affichage, mais la CTC ne s’en laisse pas compter en s’accrochant à une défense qui a le mérite de voler des balles. Mais le sens des détails s’avérant galvaudés autant que l’adresse aux lancers, impossible donc de se dépêtrer de sept joueurs des Chartrons qui croient de plus en plus en l’exploit et plongent leurs adversaires toujours un peu plus dans le doute. Dans le money time, tout semble pencher en faveur des jaunes et noirs qui mènent de cinq points avant que deux envolées béarnaises autoritaires viennent titiller les nuques girondines. Un souffle visiblement perturbant, puisqu’après deux lancers déchirés, c’est la remise en jeu (sur rebond mal verrouillé) qu’il est tout autant, ce qui offre la possession de la gagne à une CTC totalement revigorée et qui profite de son ultime temps mort à huit secondes de la fin pour mettre un système en place et remettre en jeu en zone avant. Une idée appliquée à la lettre qui va mettre en lumière à six mètres le bras de Côme Arbona et son shoot soyeux qui transperce le filet à une fraction de seconde du buzzer, plongeant des bordelais crucifiés dans un profond désarroi, tout en faisant exploser de joie une Audaux Arena debout et savourant une victoire longue à se dessiner mais fort savoureuse tant elle va faire beaucoup de bien à un groupe qui a montré de belles ressources morales pour renverser une situation bien mal embarquée et ainsi lancer vraiment sa saison sur le plan comptable.